Mobilités: nos objectifs pour #OSSPARIS16

La Fabrique est partie prenante dans l’organisation de cet évènement au coeur de l’écosystème de l’Open Source. Chaque année, Paris Open Source Summit (POSS) accueille pendant deux jours des conférences, ateliers autour de ces sujets.

Capture d'écran de 2016-06-02 18:20:28

En 2016, nous souhaitons produire un récit : En quoi l’open data, les logiciels open source, l’open hardware ou encore l’open innovation changent les mobilités au quotidien ?” . Dans notre domaine, celui des mobilités, il s’agit d’avoir plusieurs moments pour réfléchir et produire des premiers éléments constitutifs de ce futur récit.

En amont d’#OSSPARIS16, pour les mobilités, nous aborderons les trois sujets (open data, open software et open hardware) sous trois angles :

  • Open Innovation : Comment fait-on collaborer, contribuer, échanger, … toutes les parties prenantes du transport (territoire, industrie, startup, labo et cluster) ? Les organisations décentralisées autonomes (DAO) peuvent-elles produire quelque chose de sérieux ? Comment fonctionne par exemple Hyperloop Transportation (dans lequel vient d’investir la SNCF) ou encore à quoi sert BackFeed ?
  • Open Law : Quelles sont les règles pour faire fonctionner, produire et pour partager des productions ? Quelles licenses, quel droit ?
  • Open Platform : Comment stocker, indexer, rendre accessible et utilisable au plus grand nombre des ressources ouvertes (connaissances, données, logiciels, matériels) ? quelles sont les plateformes de référence en France et au niveau Européen ? La Fabrique a mis en oeuvre une plateforme d’indexation des communs.

Plusieurs ateliers sont planifiés et en cours d’organisation par des communautés. Chaque communauté (voir le wiki) s’organise pour animer son réseau, indexer des ressources ouvertes et faire émerger de nouveaux projets. Le planning est le suivant :

Voiture Connectée et Territoires – le 17 Mai à la Fonderie Ile de France

Gael Musquet accueille cet atelier qui vise à déterminer quel problème la voiture « connectée » sera en mesure de vraiment résoudre. Nous regarderons comment l’exploitation des données issues des véhicules peuvent être associées aux données d’un territoires. Cette communauté va identifier et faire connaître les plateformes permettant d’accéder aux données véhicules (Car Easy App, Xee Lab, …) et s’attacher à les hybrider avec les données des territoires comme celles du Grand Lyon.

Il est prévu d’imaginer des cas d’usage, de nouveaux services pour les usagers de la mobilité, les collectivités. Ceci passe par la description de défis : quels objectifs, quelles données, quel développement et par qui ? quelle organisation pour les porter (territoire, industrie, écoles, labo…). Quelques exemples de problèmes exprimés par les territoires :

  • Mieux connaître / comprendre : les trajets, identifier les paramètres principaux influents, les risques (comportements, chaussée, conduite …), pollutions/GES
  • Mieux prévoir l’impact d’une décision : si … alors …
  • Mieux agir : choix du mode d’action et du lieu, réduire les coûts, pouvoir impliquer en amont et rendre compte avant/après, estimer un ROI.

Pour des usagers de solutions de transports, il s’agit de mieux estimer/gérer le budget auto, mieux partager sa voiture, ou encore faire des voitures des systèmes de transports collectifs en facilitant la connaissance, le partage, l’accès et le paiement. Pour des associations de consommateurs (automobile), cela pourrait permettre de mieux connaître la consommation réelle, les coûts d’usages, la pollution, et de mieux gérer sa voiture à distance. En partant des défis à réaliser, la Fabrique pourra faire ainsi émerger de nouveaux projets ayant un impact réel sur les pratiques de mobilités.

Logiciel Open Source – 27 septembre

Plusieurs initiatives concrètes ont été lancées depuis quelques années en vue de promouvoir des outils librement réutilisables (logiciels libres) dans le domaine des transports publics et de l’information voyageurs :

  • Kisio autour de Navitia et des Transport Camp avec la SNCF,
  • Digital Factory Transdev autour d’une forge des données de mobilité
  • Outils associés aux normes d’info voyageurs (Chouette, IRYS) soutenus par l’AFIMB
  • Portails régionaux et urbains à l’initiative des collectivités

Néanmoins ces initiatives restent disjointes, il n’y a pas encore de travail en commun autour d’outils partagés, alors qu’il existe un certain consensus sur l’intérêt d’avoir un seul portail de données de référence sur la mobilité en France, d’utiliser et promouvoir les normes et d’investir dans le support technique autour de ces outils communs. Après avoir indexé les projets et logiciels existants, il s’agit de voir comment financer des communs et passer d’un logiciel financé à 100% par l’État à un logiciel gouverné par une communauté et qui puisse être cofinancé par plusieurs parties, comment faire collaborer des acteurs hétérogènes et concurrents ?

Cette communauté posera les bases de nouveaux modes de fonctionnement entre les parties prenantes impliquées. Les conséquences pour les usagers seront indirectes au niveau des services proposés. Pour les entrepreneurs par contre, l’exploitation d’une bibliothèque de logiciels open source permettra de capitaliser, de renforcer les productions existantes et de faire venir plus d’entrepreneurs donc de projets.

—> http://empoweringopeninnovation.org/workshop-1-with-the-community-of-open-source-software/

Open HardWare – 15 Novembre en amont d’ #OSSPARIS16

Cette communauté va identifier et faire connaître les projets en cours, indexer les ressources disponibles, les meilleures pratiques. Nous étudierons également les différents modes de gouvernance et de financement de ces ressources ouvertes. Plusieurs éléments de réflexion vont guider l’atelier : Comment pouvons nous fédérer ces dynamiques au niveau européen ? Comment associer démarche open source et démarche propriétaire ? Quelles sont les meilleures conditions de coopétition ? Comment utiliser l’open source pour l’éducation (écoles d’ingénieurs mais aussi professionnels de l’automobile) ?

Les objectifs de cette communauté sont de :

  • Faire comprendre l’intérêt de l’open hardware (collaborer différemment, baisser les barrières pour venir expérimenter sur des véhicules),
  • Identifier et Faire connaître les projets en cours, échanger et se connaître
  • Quels seraient les premiers bénéfices de l’open Hardware : formation, éducation, réparation,
  • Indexer les ressources, documenter au niveau national et européen

Le premier défi de l’open Hardware est d’avoir une preuve qu’il est pertinent et possible dans un environnement compétitif de mutualiser des ressources matériels ouvertes. Les premiers domaines d’application pourraient être la formation, mais aussi un garage de l’innovation qui offrirait moins de barrière à de nouveaux entrepreneurs pour tester, prototyper des idées. Un autre Atelier va porter sur les données avec le projet de Hub d’Open Data.

–> http://empoweringopeninnovation.org/first-workshop-on-open-hardware-for-mobility-november-15th/

Ces Ateliers vous permettront de produire des livrables opérationnels, puis progressivement un récit de l’open source, ainsi que des évolutions auprès des différentes parties prenantes dans leur façon de produire ensemble.

 

Gabriel Plassat, en charge de la thématique “Transport et mobilité” du Paris Open SOurce Summit