Les enjeux de l’Open Science pour la recherche et l’innovation

 

marie-farge

Cette table-ronde présentera le mouvement de l’Open Science dont le but est de permettre à tous d’avoir accès gratuitement aux résultats obtenus par les chercheurs de toute discipline, pays et époque.

Aujourd’hui ces résultats sont publiés dans des revues à comité de lecture dont les maisons d’édition sont propriétaires, selon un modèle hérité de l’imprimerie mais inadapté à l’édition électronique. Ainsi les chercheurs doivent-ils acheter à des prix toujours plus élevés leurs propres publications ou payer pour publier!

Le système actuel est devenu intenable et nombre de chercheurs veulent reprendre le contrôle des articles et des données qu’ils produisent et évaluent afin de les ouvrir à tous. Pour ce faire ils développent de nouveaux modèles techniques et économiques auxquels la communauté du Libre et de l’Open Source pourrait contribuer.

Les participants à cette table-ronde présenteront plusieurs plate-formes, dévelopées en Open Source, qui permettent d’accéder gratuitement aux articles et aux données de la recherche.

La discussion portera sur les enjeux de l’Open Science en matière de recherche et d’innovation, en particulier vis-a-vis du monde du Libre et de l’Open Source, et sur les difficultés rencontrées pour émanciper les revues et libérer les articles et les données de la recherche.

Session pilotée par:

marie_farge

Marie Farge, Directrice de Recherche CNRS, Ecole Normale Superieure Paris

 

 

Talk 1 : Un modèle économique pour émanciper et ouvrir les publications scientifiques

En 2015, le comité de rédaction de la revue de linquistique Lingua a démissionné en masse  pour fonder une nouvelle revue en accès ouvert, Glossa. Le but de l’exposé est d’expliquer comment Glossa fonctionne en étant gratuite pour les lecteurs et gratuite pour les auteurs, ainsi que les efforts pour développer une initiative similaire en mathématiques. Un des éléments important de ce fonctionnement est la plate-forme d’organisation de la relecture des articles par les pairs, qui pour la revue Glossa est basée sur le logiciel libre Open Journal System (OJS).

Benoit Kloeckner

Benoît Kloeckner est chercheur et professeur en mathématiques à l’Université Paris-Est Créteil. Il est chargé de mission ‘Publication Ouvertes’ par le CNRS auprès du Réseau National des Bibliothèques de Mathématiques.

Talk 2 : OpenEdition : un modèle de publication ouverte pour les sciences humaines et sociales

OpenEdition regroupe quatre plate-formes en accès ouvert : https://www.revues.org/ créée en 1999 par Marin Dacos publie 439 revues, https://books.openedition.org/ créée en 2013 publie 3334 livres, http://hypotheses.org/ créée en 2008 publie 1681 carnets de recherche et http://calenda.org/ annonce 33157 événements. Nous décrirons le modèle économique du Freemium et le logiciel Open Source Lodel employé.

Pierre Mounier

Pierre Mounier est ingénieur de recherche à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), auteur de plusieurs ouvrages et fondateur du portail http://www.homo-numericus.net/. Il est le directeur-adjoint du Centre pour l’Edition Ouverte (CLEO).

Talk 3 : Vers une infrastructure pour l’Open Science

L’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) vient de publier son nouveau document d’orientation et développe une politique pour une science ouverte, notamment en faveur du libre accès aux publications et aux données. Outre une évolution de la culture et des compétences des scientifiques ou des personnels d’appui à la recherche, cela implique la mise à disposition d’une infrastructure de service évolutive qui repose notamment sur des outils Open Source. Cette politique d’ouverture suppose également de concevoir de nouvelles modalités de création de valeur et d’innovation.

Odile Hologne

Odile Hologne dirige le Département de l’Information Scientifique et Technique de l’INRA. Pendant vingt-cinq ans, elle a occupé des postes liés au développement informatique, ainsi qu’à la gestion de l’information et à la publication dans les institutions publiques du Ministère de l’Agriculture. Dans son poste actuel, elle participe à divers groupes de travail nationaux et internationaux sur la science ouverte (accès ouvert aux publications ou aux données de recherche). Elle est l’un des membres de l’équipe senior de la 3ème phase du réseau Research Data Alliance (RDA) Europe.

Talk 4 : La préservation digitale avec Invenio, logiciel Open Source du CERN

Le Centre Européen de Recherche Nucléaire (CERN), pionnier de l’Open Access, a développé et utilisé le logiciel Open Source Invenio pour la gestion de sa documentation, depuis les preprints jusqu’aux données scientifiques, en passant par les contenus audiovisuels. Aujourd’hui, de nouveaux modules sont à l’étude pour garantir la faisabilité de maintenir une archive en Open Archival Information System (OAIS) à partir d’un dépôt Invenio. Je présenterai les derniers développements dans cette direction.

Jean-Yves Le Meur

Jean-Yves Le Meur est ingénieur de recherche au CERN, en charge du serveur de documents du CERN et de son logiciel associé depuis leur création. Il est aujourd’hui responsable du projet de la mémoire digitale du CERN.

Talk 5 : Dissemin : simplifier la libération des résultats de la recherche

Dissemin http://dissem.in est une plateforme libre développée en Open Source (Python) par des jeunes chercheurs pour les chercheurs. Son but est d’augmenter de manière significative la proportion des articles disponibles en accès libre et gratuit qui sont correctement archivés et conservés dans des dépôts publics. Pour cela la plateforme Dissemin permet aux chercheurs de simplifier au maximum l’auto-archivage de leurs articles de recherche ( (le dépôt se fait en un clic). Je mentionnerai aussi les outils Digital Open Access Identifier DOAI http://doai.io et OABOT https://github.com/dissemin/oabot, qui pour un article donné permettent d’accéder à sa version en accès libre plutôt qu’à celle en accès payant.

Pablo Rauzy

Pablo Rauzy est chercheur et maître de conférences à l’Université Paris 8 Vincennes à Saint-Denis. Il enseigne l’informatique et fait sa recherche dans le domaine de la sécurité de l’information et de la privacy. Il est militant pour (entre autres) le logiciel et la culture libre, cofondateur du Comite pour l’Accessibilité aux Publications en Sciences et Humanités (CAPSH) qui développe la plate-forme Dissemin.