Le village associatif de POSS

POSS fait parti des événements à ne pas rater quand on est une association de libristes. C’est une occasion de rencontrer son public parisien, professionnel mais pas que...

bandeau-village-associatif

Tout commence en juillet quand Carole Jardon (Tarsus – qui a changé de nom depuis) prend contact avec Magali Garnero (Bookynette) une des administratrices de Parinux, asso qui organise le village depuis des années !! La machine est lancée !

Puis un mail est envoyé sur la mailing-liste village-assoces@lists.parinux.org à laquelle sont inscrits de très nombreuses personnes. Puis les échanges de mails ont lieu :

  • Je veux un stand comme l’année dernière,
  • Pouvez-vous me mettre à côté d’un tel,
  • Est-il possible de n’être présent qu’un jour sur deux ?

La date de clôture arrive, le plan est mis en place avec le coin “langage” ou “systèmes d’exploitation”… Bien sûr, une fois que tout cela est publié, il y a toujours les retardataires à caser…

logo-village-associatif

Arrive enfin le jour J et tout le monde s’installe petit à petit. Magali passe de stand en stand afin de vérifier que tous ont ce qu’il faut pour tenir deux jours, de l’électricité au moins car le wifi est le troll arlésien du salon. Le public envahit le village, les libristes et les professionnels circulent entre les stands, le village s’anime.

Entre les apéros improvisés, la charcuterie et les bonbons pour attirer les passants, les discussions vont bon train. Ceux qui n’ont pas souvent l’occasion de se voir sont ravis de se croiser. Des décisions sont discutées voire entérinées. Des projets voient le jour. Des pétitions sont signées. Parfois un stand est déserté… signe d’une conférence qui intéressait tous les participants. Souvent il y a foule autour d’un autre car un débat totalement improvisé enchante et attire les libristes. De nombreux membres d’association différentes conversent d’un futur commun.

La vie du village de POSS bat son plein pendant deux jours, jusqu’aux dernières heures du salon, où les associations désinstallent leur stand et font durer l’ambiance autour d’un dernier verre, ayant du mal à se quitter les uns les autres si brutalement. Puis la vie reprend pour tous…

[btnsx id=”1718″]